Transparence de la gouvernance : un facteur de développement durable en Afrique

Transparence de la gouvernance (ODD 16) : un facteur de développement durable en Afrique

2 Commentaires

La transparence de la gouvernance est mise en relief par l’Objectif de Développement Durable 16 dans l’agenda 2030 des Nations-Unies. (Lire pour d’autres détails sur l’ODD 16)

Cet idéal voulu n’est pas loin du type de gouvernement proposé par l’ingénieur américain Howard Scott, fondateur du mouvement technocratique. Elle serait basée sur l’ajustement scientifique de la production à la consommation avec une économie utilisant des unités énergétiques pour la mesure et le contrôle, au lieu des valeurs monétaires.

« La transparence (de la gouvernance) ne doit cependant pas être considérée simplement comme une fin en soi, mais plutôt comme un excellent moyen d’atteindre des objectifs collectifs grâce à une plus grande force morale. »

Mauricio Cárdenas Santamaría, ancien ministre colombien des Finances et du Crédit public

Les gouvernements doivent divulguer le nom des entreprises auxquelles ils attribuent des marchés publics. Ainsi, les journalistes, militants et personnalités politiques pourront avoir leur avis sur ces marchés et réclamer des achats plus durables, plus favorables à l’égalité entre les genres, et moins sujets à la corruption. Avec la transparence de la gouvernance, les personnes au pouvoir et les fonctionnaires en tenant à leur réputation seront obligés d’être intègres dans leurs prises de décisions. C’est comme si le regard du peuple était sur eux.

Transparence de la gouvernance : un facteur de développement durable en Afrique
Transparence de la gouvernance : un facteur de développement durable en Afrique

Atteindre cet objectif d’une transparence de la gouvernance sera difficile mais pas impossible. Les gouvernements en Afrique doivent créer une plateforme en ligne qui permettrait à la population d’accéder à chaque poste de dépense du budget national au niveau des programmes, des sous-programmes et des projets. Par ailleurs, un autre portail pourrait être créé visant à centraliser les achats du gouvernement. En outre, une autre plateforme publique visant la transparence de la gouvernance offrirait un accès universel aux versions électroniques des contrats publics. Les citoyens pourront désormais vérifier si le gouvernement obtient de bons prix pour chaque achat réalisé, qu’il s’agisse d’uniformes militaires, de voitures, d’une police d’assurance ou de billets d’avion.

En effet, ces exigences de rendre public ce qui est fait ne révèlent pas seulement les prix des contrats. Ces derniers contiennent des précisions sur la qualité des produits, le délai de livraison et les méthodes de paiement. Les entreprises qui n’ont pas été retenues pourront plus tard comparer leurs soumissions à celles qui ont été choisies afin d’adapter leurs offres futures en conséquence.

Transparence de la gouvernance : un facteur de développement durable en Afrique
Transparence de la gouvernance : un facteur de développement durable en Afrique

Ces propositions pour une gouvernance transparente permettront de lutter contre la corruption. Les militants et les journalistes peuvent enquêter sur les éventuels détournements et gaspillages. Membres du gouvernement, des médias et du milieu universitaire, nous avons tous la responsabilité de faire en sorte que cette meilleure transparence de la gouvernance voulue et cette plus grande responsabilité deviennent véritablement une réalité dans nos chers pays d’ores et déjà. Nos pays africains pourraient ainsi rejoindre le haut du tableau des pays les moins corrompus. (Lire pour plus de détails sur l’indice de la perception de la corruption)

Obed KODJO

Jeune leader curieux, motivé et déterminé, Obed Kodjo est Agronome et blogueur qui milite dans des organisations qui prônent la conscientisation et l'essor de la jeunesse africaine. Innover est sa passion et pour cela il ne cesse de se cultiver afin de marquer la différence dans ses actes. Il rêve d'une Afrique consciente qui résoud ses problèmes par elle-même sans l'aide extérieure.

2 Commentaires

  1. Céphas
    20 mai 2020

    Sacré article ! La bonne gouvernance est un sujet sensible. N’étant pas une fin en soi c’est son objectif qui est encore plus appréciable. Je crois que cela devrait être un « mode de vie » qu’il faut inculquer à tout citoyen en toute chose. Déjà à commencer par la rigueur et l’autodiscipline. Plus tôt nous bâtissons une bonne gestion et de bonnes habitudes dans nos quotidiens plus quand nous serons à des postes de responsabilité, les probabilités pour une bonne gouvernance et un mieux être seront élevés.

    Répondre
    • Djètovi
      7 juillet 2020

      La nouvelle éducation doit donc revenir aux valeurs civiques et morales capitales pour bâtir des hommes disciplinés épris d’un sens élevé de responsabilité. C’est aussi la responsabilité de tous les citoyens quel que soit le niveau de leadership!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail sera confidentiel